Absence injustifiée

Sommaire

Sans justification, une absence peut-être sanctionnée

L'absence au travail d'un salarié peut être justifiée, ainsi le salarié est en règle avec son employeur et ne risque aucune sanction disciplinaire. C'est le cas des :

En dehors de ces cas prévus, on est dans le cadre d'une absence injustifiée.

Conséquences d'une absence injustifiée

Une absence injustifiée peut avoir de graves répercussions pour :

  • l'entreprise, qui doit faire face à des fonctions non remplies et l'absence d'un remplaçant ;
  • le salarié, qui risque la sanction disciplinaire, en ce qu'il manque à son obligation principale, qui est l'exécution de la prestation de travail.

Absence injustifiée et sanctions disciplinaires

En cas d'absence injustifiée, l'employeur peut mettre en place une sanction disciplinaire. L'éventail des sanctions est très varié, et l'employeur doit prendre en compte la situation particulière :

  • Dès le 3ème jour d'absence, l'employeur peut envoyer en recommandé au salarié une mise en demeure de justifier son absence ou de reprendre son poste immédiatement, en l'avertissant qu'une sanction pourra être prise à son égard.
  • En cas d'absence injustifiée de moins de 4 jours, le salarié recevra le plus souvent un avertissement ou un blâme.
  • En cas d'absence de plus de 4 jours, l'employeur peut procéder à un licenciement, en respectant la procédure légale : il doit notamment impérativement convoquer son salarié à un entretien préalable.

Une absence injustifiée n'est bien évidemment pas rémunérée.

Bon à savoir : en cas d'arrêt maladie, le salarié a 48 heures pour fournir son justificatif. Un employeur ne peut donc pas prendre de sanctions disciplinaires pendant les 48 heures qui suivent une absence injustifiée.

À noter : un salarié en arrêt maladie qui n’adresse pas de justificatifs de son absence, ni ne manifeste son intention de reprendre le travail, ne peut reprocher à son employeur de ne pas avoir organisé une visite de reprise. Par ailleurs, son absence injustifiée constitue une faute grave qui justifie son licenciement (Cass. soc., 13 janvier 2021, n° 19-10.437).

Ces pros peuvent vous aider